CRIQUETOT-L’ESNEVAL. La FNAM remet un chèque aux écoliers de CM2 qui se sont rendus à Neuville-Saint-Vaast.

Professeur des écoles à l’école Guillard, Jérôme Lemaistre s’est investi toute l’année avec ses élèves de CM2 sur le thème de la guerre 14-18. Lors de la commémoration du 11 novembre, il a demandé à ses élèves de lire des lettres et un poème. Ce travail s’est concrétisé par un voyage dans le nord de la France et plus exactement à Neuville-Saint-Vaast, du 20 au 22 mars sur les traces des poilus.

 

 

oïncidence, en étudiant tous les noms des poilus de Criquetot-l’Esneval, ils ont découvert que Gustave Sevestre était mort à 23 ans à Neuville-Saint-Vaast. Pour ce voyage, Jérôme Lemaistre avait sollicité la FNAM (Fédération Nationale André Maginot) qui a répondu favorablement en octroyant une subvention, subvention sans laquelle le voyage n’aurait pu se faire à souligner le professeur. Mardi dernier, en présence du maire Alain Fleuret et de son adjointe Hélène Aubourg, M. Louis Valléry, président de l’AMAC (Association des mutilés et anciens combattants) a remis un chèque de 1 700 euros à M. Jérôme Lemaistre. Auparavant une projection de photos commentées par le professeur a permis de découvrir les lieux visités par les enfants et trois petits textes ont été également lu. En effet, pendant ce voyage, les enfants ont tous écrits de petits textes sur ce qui les avait le plus marqué. M. Valléry a félicité le professeur et les écoliers pour ce travail remarquable et souligné que la FNAM était très exigeante. Président du mouvement 97 de la FNAM, à ce titre il peut parrainer trois dossiers par an. L’occasion de présenter l’AMAC créée en 1916 pour la défense des blessés par M. Albert André Huet (qui était de Pierrefiques) et de rappeler l’historique de la FNAM. Créée en 1886 par des anciens combattants de la guerre 1870-1871 et des campagnes extérieures sous le nom d’Union Fraternelle des militaires blessés réformés, la FNAM est la doyenne du monde combattant. C’est en 1953, en hommage à celui qui avait assumé les lourdes responsabilités de ministre de la guerre et des pensions et qui durant quatorze années avait été son président que la Fédération a pris le nom de Maginot. L’occasion de présenter les actions majeures de la fédération et notamment la préservation de la mémoire combattante en apportant son soutien financier aux initiatives de portée nationale et en apportant son parrainage aux visites de jeunes sur les hauts lieux de la France combattante, couronnées chaque année par le Prix de la mémoire et du civisme André Maginot. A l’issue, Alain Fleuret a remercié M. Lemaistre et félicité les enfants pour ce travail de mémoire. Dans le même ordre d’idée, Jérôme Lemaistre projette de réaliser le même travail mais cette fois sur les plages du débarquement. Un devoir de mémoire qu’il est important de transmettre aux générations afin que nul n’oublie ceux qui ont combattu pour la liberté, notre liberté.

Le Côte d’Albâtre

Share

Source: New feed